Vous êtes ici

Section 6 - Sciences de la vie

Sciences de la vie

La section 6 se positionne à la frontière de nos connaissances et de nos ignorances en matière de biologie. Ses objets d’étude s’étendent de la molécule à l’environnement, par des approches complémentaires réductionniste et intégratives. Le fil directeur réside dans la compréhension des processus biologiques qui font l’unité et la diversité du vivant. Cette section représente principalement les disciplines de biochimie, physiologie, génétique et pathologie dans tous les règnes, animal, végétal et microbien. Toutes ces disciplines se sont développées très activement ces dernières décennies en s’ouvrant aux extraordinaires avancées de la biologie cellulaire et moléculaire. Elles s’appliquent notamment à la compréhension des relations des êtres vivants entre eux et avec leur milieu et à l’étude de la biodiversité.

Plus récemment, le développement de la bioinformatique a permis l’éclosion des nouvelles technologies à très haut débit pour envisager la compréhension des systèmes biologiques non plus isolés mais intégrés, aussi bien dans l’espace (molécule, cellule, organes, organismes et populations) que dans le temps (développement, sénescence, mort). Ces méthodes permettent de constituer les fondements moléculaires de la génétique et de ses applications, notamment en associant le potentiel génétique (génotypage) avec les caractères d’un individu (phénotypage). Au delà de la génomique aux débouchés très prometteurs, l’avènement de la métagénomique permet des progrès décisifs pour décrire et comprendre le fonctionnement intégré de centaines de microorganismes qui ne peuvent être étudiés isolément entre eux et avec leur hôte. Ces nouvelles technologies, qui incluent aussi la transcriptomique et la protéomique (l‘expression du génome), ainsi que la métabolomique et d’autres approches à haut débit (le fonctionnement du vivant), rendent également possible le décryptage des mécanismes moléculaires impliqués dans les processus de différenciation cellulaire et de développement des êtres vivants, processus qui reposent sur la communication et la reconnaissance entre cellules (signalétique cellulaire) et entre individus (étude des populations). La compréhension de ces mécanismes est capitale pour la maîtrise des systèmes vivants à la base de l’agriculture et des transformations de ses produits.

En conséquence, cette révolution technologique et l’évolution parallèle de la société amènent la Section 6 à prévoir un renouvellement rapide des méthodes et des questionnements spécifiques aux domaines biologiques et agronomiques. Cette section, qui a pour ambition de mener sur le plan des connaissances et des techniques des réflexions prospectives ciblées, entretient des interfaces solides et riches avec toutes les autres sections de la Compagnie. Elle met sa transversalité dans le domaine des Sciences de la Vie au service de la diffusion des connaissances, enrichissant ainsi la réflexion sur l’impact dans la société des récents progrès en biologie et de leur valorisation tant en agriculture, que pour l’alimentation et l’environnement.

La Section 6, par son action spécifique, souhaite concilier connaissance et société et tenir ainsi sa place dans les champs de réflexion et d’action de l’Académie d’Agriculture.

Mots-clés : génomique, biochimie, physiologie, interactions entre êtres vivants, interactions avec l’environnement.