Vous êtes ici

Sections et comités

Les académiciens sont répartis entre dix sections qui se réunissent régulièrement.

  1. Cultures, systèmes de production et produits végétaux
  2. Bois et forêts
  3. Élevages, systèmes de production et produits animaux
  4. Sciences de l'homme et de la société
  5. Physique et chimie des milieux et des êtres vivants
  6. Sciences de la vie
  7. Ressources naturelles, aménagement de l'espace et environnement
  8. Filières alimentaires
  9. Industries des agrofournitures et des produits autres qu'alimentaires
  10. Économie et politique agricoles et rurales

Productions végétales

Présentation de la section :

Pour nourrir la population de la planète, il faut augmenter fortement la disponibilité alimentaire. Cela nécessite à la fois de réduire les pertes de production et d’augmenter la production agricole, tout en limitant les impacts négatifs de l’agriculture sur l’environnement et en faisant face aux conséquences du changement climatique. Ces objectifs doivent être associés à une préservation de la biodiversité et à une utilisation optimisée de la ressource en eau ainsi que des intrants liés à la culture des plantes, notamment les engrais et les pesticides, cela tant pour des raisons environnementales qu’économiques. Ces enjeux requièrent d’adapter les systèmes de culture et les itinéraires techniques. La diversité des situations, tant au plan écologique qu’économique et social, réclame un large éventail d’approches et une diversité de réponses. La diversification des modes de production et des produits est un facteur important de la durabilité de l’agriculture.

Cette problématique est au cœur des préoccupations de la section 1 de l’Académie d’Agriculture de France « Productions végétales». D’une façon plus générale, cette section est concernée par tous les aspects de la production des plantes cultivées. Elle réfléchit sur l’ensemble des facteurs et des innovations qui peuvent influencer la production des cultures, tant quantitativement que qualitativement, notamment les systèmes de culture au niveau d’une exploitation agricole, les successions (rotations) et associations d’espèces, les itinéraires techniques (combinaisons de techniques culturales) et les variétés. Pour cela, elle s’appuie essentiellement sur quatre disciplines : l’agronomie systémique, l’écophysiologie des plantes cultivées, la santé des cultures et l’amélioration génétique des plantes. Elle couvre tous les types de cultures : plantes de grande culture, plantes fourragères, y compris les prairies permanentes, plantes légumières, plantes ornementales, arbres fruitiers et vigne. L’ampleur des thèmes abordés nécessite une pluridisciplinarité qui est permise par la diversité des compétences au sein de la section et par la collaboration avec d’autres sections de l’Académie.

Mots-clés : systèmes de cultures, productions végétales, agronomie, agro-écologie, agriculture durable, amélioration des plantes, santé des plantes, plantes de grande culture, plantes fourragères, prairies, plantes horticoles, viticulture.

Overview of Section 1 «Plant production systems»

The need to feed human populations calls for increased food supply. This can be achieved by reducing yield and product losses and increasing agricultural production, while limiting negative environmental impacts and addressing challenges posed by climate change. These objectives must also be in line with the conservation of biodiversity and better use of agricultural inputs such as water, fertilizers and pesticides. They require adapting agricultural systems and their technical implementation, while being environmentally and economically sustainable. Owing to ecological, economic and social diversity, a large number of approaches and responses must be integrated. Diversification of agricultural production systems and produces is a key factor in shaping the sustainability of agriculture.

These considerations are key concerns of Section 1 of the French Academy of Agriculture. Section 1 is interested with all aspects related to cultivated plants. It is especially interested in factors and innovations that influence production systems, and the quantity and quality of harvested products. This includes cropping systems at the farm scale, rotations, mix-cropping, cultural practices and varieties. To that end, four main disciplines are concerned: systemic agronomy, crop physiology, crop health and plant breeding. Section 1 address all types of crops, e.g. annual grain crops, forage crops and grasslands, vegetables, ornamentals, fruit trees and vines. The range of topics requires multidisciplinary approaches:  this is allowed by the diversity of competences of Section 1 members, and by partnership with other sections of the Academy.

Keywords: cropping systems, plant production, agronomy, agro-ecology, sustainable agriculture, plant breeding, plant health, crops, grasslands, horticultural plants, grapevine.

Presentación de la Sección 1: “Sistemas de Producción de Cultivos”


Para alimentar a la población del planeta, hay que aumentar considerablemente la disponibilidad alimentaria. Esto requiere a su vez, la reducción de las pérdidas de la producción y el aumento de las cosechas agrícolas, todo ello, limitando los impactos negativos de la agricultura sobre el ambiente y enfrentando las consecuencias del cambio climático.
Estos objetivos deben estar asociados a una conservación de la biodiversidad y a una utilización óptima de los recursos hídricos así como de los insumos relacionados con el cultivo de las plantas, especialmente los fertilizantes y los plaguicidas, tanto por motivos ambientales como de sostenibilidad económica.
Debido a la diversidad ecológica, económica y social, un gran número de enfoques y respuestas deben ser integrados. La diversificación de los sistemas de producción agrícola y de sus productos es un factor clave en la conformación de una agricultura sustentable.
Estas consideraciones se encuentran en el centro de las preocupaciones de la Sección 1 de la Academia de Agricultura de Francia "Sistemas de Producción de Cultivos". De manera general, la Sección  está interesada en todos los aspectos relacionados con la producción de las plantas cultivadas. De la misma manera, reflexiona sobre el conjunto de factores y de innovaciones que pueden influenciar la producción agrícola, así como la cantidad y calidad de los productos cosechados. Esto incluye los sistemas de producción a escala de granja, la rotación de cultivos, los cultivos mixtos, las prácticas culturales y las variedades vegetales. Para ello, se apoya esencialmente en cuatro disciplinas: agronomía sistémica, ecofisiología de cultivos, sanidad de los cultivos y mejoramiento genético de plantas. La Sección se ocupa de todo tipo de cultivos: cereales anuales, cultivos forrajeros, pastizales, vegetales, plantas ornamentales, árboles frutales y viñas. La gran gama de temas que se abordan, requiere de enfoques multidisciplinarios, lo que es posible por la gran diversidad de competencias y experticias de los miembros de la Sección 1, así como por la colaboración con otras secciones de la Academia.

Palabras clave: sistemas agrícolas, producción de cultivos, agronomía, agroecología, agricultura sostenible, mejoramiento de plantas, sanidad vegetal, cultivos extensivos, cultivos de forraje, pastizales, cultivos hortícolas, viticultura.
 

Forêts et filière bois 

La section 2 s’intéresse de manière transversale à l’ensemble des aspects scientifiques, technologiques, économiques, sociaux, environnementaux et politiques relatifs aux forêts, aux services, et aux biens qu’elles fournissent, au premier rang desquels le bois, après transformation industrielle ou non, généralement intégrés sous le nom de Secteur Forêt-Bois. Il s’agit donc d’un très vaste champ pour lequel un large domaine d’expertise est nécessaire, pour pouvoir répondre à des enjeux de société, à des questions qui intéressent les pouvoirs publics, les décideurs, les organisations professionnelles et les médias, l’enseignement et la formation. L’insertion des forêts et des entreprises valorisant les produits forestiers au sein des territoires fait qu’elles sont en interactions avec d’autres secteurs (agriculture, industrie, négoce, environnement, tourisme, infrastructures, etc.). Par ailleurs, certains enjeux politiques, économiques et environnementaux ont une dimension transfrontières et même planétaire. Ceci signifie que la section 2 est naturellement tournée vers le développement de synergies avec d’autres sections de l’Académie et vers l’ouverture internationale. 

Overview of Section 2 “Forests and forest-based products” :

Section 2 covers in a multidisciplinary mode scientific, technological, economic, social, environmental and policy issues linked to forests and trees, and the many goods and services they provide, with a particular emphasis on wood and wood-based products, i.e. the so-called forestry sector. A very broad expertise is needed to address the related societal challenges, and questions raised by public authorities, decision-makers, professional unions, medias and the education and training system. The location of most forests and forest-based enterprises in rural areas results in their interaction with other sectors than just trade and industry, such as agriculture, environment and tourism. Moreover, some environmental, economic and policy issues linked to the forestry sector are of a trans-boundary or even global nature. Section 2 is thus called to develop synergies with other sections of the Academy, and take into account the international context.

Keywords : forest, forest ecosystems, biogeochemical cycles, environmental services, wood-based products, fibres, papers, green chemistry, bio-energy, bio-based economy, forest and society.

Presentación de la sección 2 “Bosques e industria maderera”

La sección 2 trata de manera transversal el conjunto de los aspectos científicos, tecnológicos, económicos, sociales, medioambientales y políticos que se refieren a los bosques, a los servicios y bienes que proporcionan a la sociedad, la madera en primer puesto, que ésta resulte de una transformación industrial o no, todo ello integrándose dentro de lo que se denomina sector forestal y maderero. Se trata por consecuente de un campo muy abierto que necesita un amplio peritaje permitiendo dar repuesta a lo que está en juego al nivel social, así como a las preocupaciones de los poderes públicos, de las organizaciones profesionales, de los medios de comunicación, de la enseñanza y de la formación. La inserción dentro de los territorios de los bosques y de las empresas que valorizan los productos forestales les pone en interacción con otros sectores (agricultura, industria, negocio, medioambiente, turismo, infraestructuras, etc.). Además, algunos asuntos políticos, económicos y medioambientales tienen una magnitud que atraviesa las fronteras y que puede ser planetaria. Esto significa que la sección 2 enfoca naturalmente el desarrollo de sinergias con otras secciones de la Academia y a la vez una apertura internacional.    

Palabras clave : bosques, ecosistemas forestales, biogeoquimicos ciclos, ambiental servicios, madereros productos, fibras, papels, quimica verde, bioenergia, bioeconomia, bosques y sociedad
 

Production animale

Les centres d’intérêt de la section 3 concernent tous les aspects de l’élevage des espèces d’intérêt zootechnique, y compris les espèces aquacoles et équines, et du devenir des produits et co-produits des élevages. Cela implique le suivi des évolutions techniques et économiques de l’ensemble des filières de production, et des connaissances scientifiques qui y contribuent (nutrition, physiologie de la reproduction, connaissance des génomes, pathologies nouvelles), ainsi que l’analyse de leur intégration en « systèmes » de production. Ces systèmes s’inscrivent dans des contextes territoriaux, environnementaux et humains qui attirent l’attention d’acteurs extérieurs à l’élevage. La remise en cause de certains systèmes intensifs soit par leur échec économique soit pour leur impact sur les ressources communes (par la production d’effluents polluants, l’émission de gaz à effet de serre, les matières premières prélevées pour l’alimentation animale, etc…) est un sujet prioritaire. Le choix même des types d’animaux à élever pourrait évoluer et les objectifs de sélection être infléchis. Les métiers de l’élevage évoluent. L’acceptabilité sociale des pratiques d’élevage, notamment par l’émergence de préoccupations sur le bien-être animal (allant jusqu’au refus par certains de consommer la viande) et les nouvelles exigences en matière sanitaire ou environnementale, ont conduit à la mise en place de contraintes règlementaires à l’échelle européenne avec lesquelles les acteurs professionnels doivent composer.
L’ensemble de ces facteurs a créé un climat difficile pour la production animale dans les pays qui ne connaissent pas la pénurie alimentaire. La section 3, qui associe des membres très divers, issus des secteurs professionnels et scientifiques concernés par l’élevage, a pour objectif de multiplier les échanges, internes et externes aux cénacles de l’Académie,  qui contribueront à dessiner un avenir durable pour les élevages et à installer une vision positive de la production animale.
Mots-clefs : systèmes d’élevage, sélection animale, territoires, environnement, acceptabilité sociale.

Animal Production

Section 3 is interested in all topics related to animal breeding (fishes included) and to uses of animal derived products. Attention is paid to technical and economical developments in every type of production, as well as to scientific trends in fields of nutrition, feed production, reproduction, genome knowledge, emerging pathologies. Breeding systems depend on territorial, environmental and human factors which are shared with other people not directly involved in breeding activities. Some intensive systems are questioned because of their economical failure or their impact on natural resources (water polluted by animal dejections, greenhouse gas emissions, competition between feed and food).Animal selection aims might be modified. New skills should be required. Social acceptance for breeding techniques, animal welfare concern (leading sometimes to decline meat consumption), new sanitary and environmental rules contributed to  restricting recommendations at the European level that breeders must take into account. Animal production has to face an adverse environment, at least in countries not concerned by food scarcity. Section 3, composed of members originating from a variety of professional and scientific sectors, aims to diversify dialogue inside and outside the Academy to design a sustainable future and a positive vision for breeding.
Keywords : breeding systems, territories, environment, animal selection, social acceptance


 

Sciences humaines et sociales 

La section IV "Sciences sociales" réunit un ensemble de sciences très diversifié : économie, sociologie, géographie, histoire, droit, sciences politiques, anthropologie. Sous réserve de la disponibilité er de la curiosité des participants, cette diversité fait de cette Section un lieu d'échange, de rencontre, de passage entre ces disciplines. Ces relations entre sciences, souvent réclamées, ne son pourtant pas très fréquentes; chaque discipline scientifique cultivant ces pratiques et terrains habituels. Les missions, l'indépendance intellectuelle, la composition de l'Académie invitent à de tels échanges. Pour honorer ce projet, la Section doit s'approprier les avancées de chaque discipline sociale et leur contribution à la connaissance et la gestion de nos objets de travail : agro-alimentaire, environnement, territoire, international... Ces derniers, loin de se banaliser, deviennent des enjeux sociétaux qui mobilisent les sciences sociales. C'est pourquoi la plus grande attention est portée aux relations entre ces objets de travail et la société globale. L'évolution de ces relations (via les marchés, les politiques, les normes et règlements, les innovations techniques...) modifie l 'espace de fonctionnement de nos domaines d'intérêt et interrogent sur la façon de les gérer; les conditions de production changent tandis que leur analyse aitelle un renouvellement des problématiques et parfois l'élaboration de nouveaux concepts.

Mots-clés : sciences sociales, développement, politique publique, international.

Interactions milieux-êtres vivants

La section V est une section « amont », concernée par tous les aspects physiques et chimiques de l’écosystème agronomique, et donc intéressée par la plupart des thèmes traités dans les autres sections, à l’exception des problèmes de socio-économie ou de société. Sa principale mission est d’apporter aux autres sections, spontanément ou à leur demande, un appui scientifique sur des aspects fondamentaux touchant les mécanismes, les interactions, les transferts et bilans d’énergie ou de matière, la méthodologie de mesure ou de modélisation.

Le champ couvert est très vaste puisqu’il va de la géosphère (roche et sol) et de l’hydrosphère à l’atmosphère, en passant par toutes les composantes de la biosphère (micro-organismes, plantes, animaux, Homme). Il concerne aussi toutes les interactions sol-plante et plante-animal-environnement, par la prise en compte des « restitutions » au sol et à l’eau des substances minérales ou organiques, utiles ou indésirables, provenant des cultures, de l’élevage et des activités humaines.

La diversité des compétences de ses membres et correspondants permet d’assurer un bon niveau d’expertise dans des domaines aussi variés que les caractéristiques physico-chimiques et microbiologiques des sols, la nutrition minérale des plantes, des animaux et de l’Homme, la pollution des sols, de l’eau et de la chaîne alimentaire par des contaminants organiques ou minéraux, les cycles bio-géochimiques (notamment pour l’azote, le phosphore et le potassium), les interactions cultures-environnement (lumière, gaz) comprenant les bilans d’énergie et les conséquences sur le climat (séquestration du carbone, effet de serre…).

La section ne peut prétendre tout traiter et se tient donc à l’écoute des autres sections et de la demande conjoncturelle émanant de la société, pour fournir, arguments scientifiques à l’appui, son avis sur les problèmes soulevés.

Sciences de la vie

La section 6 se positionne à la frontière de nos connaissances et de nos ignorances en matière de biologie. Ses objets d’étude s’étendent de la molécule à l’environnement, par des approches complémentaires réductionniste et intégratives. Le fil directeur réside dans la compréhension des processus biologiques qui font l’unité et la diversité du vivant. Cette section représente principalement les disciplines de biochimie, physiologie, génétique et pathologie dans tous les règnes, animal, végétal et microbien. Toutes ces disciplines se sont développées très activement ces dernières décennies en s’ouvrant aux extraordinaires avancées de la biologie cellulaire et moléculaire. Elles s’appliquent notamment à la compréhension des relations des êtres vivants entre eux et avec leur milieu et à l’étude de la biodiversité.

Plus récemment, le développement de la bioinformatique a permis l’éclosion des nouvelles technologies à très haut débit pour envisager la compréhension des systèmes biologiques non plus isolés mais intégrés, aussi bien dans l’espace (molécule, cellule, organes, organismes et populations) que dans le temps (développement, sénescence, mort). Ces méthodes permettent de constituer les fondements moléculaires de la génétique et de ses applications, notamment en associant le potentiel génétique (génotypage) avec les caractères d’un individu (phénotypage). Au delà de la génomique aux débouchés très prometteurs, l’avènement de la métagénomique permet des progrès décisifs pour décrire et comprendre le fonctionnement intégré de centaines de microorganismes qui ne peuvent être étudiés isolément entre eux et avec leur hôte. Ces nouvelles technologies, qui incluent aussi la transcriptomique et la protéomique (l‘expression du génome), ainsi que la métabolomique et d’autres approches à haut débit (le fonctionnement du vivant), rendent également possible le décryptage des mécanismes moléculaires impliqués dans les processus de différenciation cellulaire et de développement des êtres vivants, processus qui reposent sur la communication et la reconnaissance entre cellules (signalétique cellulaire) et entre individus (étude des populations). La compréhension de ces mécanismes est capitale pour la maîtrise des systèmes vivants à la base de l’agriculture et des transformations de ses produits.

En conséquence, cette révolution technologique et l’évolution parallèle de la société amènent la Section 6 à prévoir un renouvellement rapide des méthodes et des questionnements spécifiques aux domaines biologiques et agronomiques. Cette section, qui a pour ambition de mener sur le plan des connaissances et des techniques des réflexions prospectives ciblées, entretient des interfaces solides et riches avec toutes les autres sections de la Compagnie. Elle met sa transversalité dans le domaine des Sciences de la Vie au service de la diffusion des connaissances, enrichissant ainsi la réflexion sur l’impact dans la société des récents progrès en biologie et de leur valorisation tant en agriculture, que pour l’alimentation et l’environnement.

La Section 6, par son action spécifique, souhaite concilier connaissance et société et tenir ainsi sa place dans les champs de réflexion et d’action de l’Académie d’Agriculture.

Mots-clés : génomique, biochimie, physiologie, interactions entre êtres vivants, interactions avec l’environnement.

Environnement et territoires

La section VII a pour objet l’analyse prospective des processus qui interviennent dans la co-évolution des sociétés humaines et de la nature. Interdisciplinaire, elle s’intéresse à la dynamique des interactions entre les composantes abiotiques et biotiques des milieux (complexes sol, eau, climat, bio et éco systèmes), et leurs conséquences environnementales. Elle replace cette dynamique face aux choix sociétaux et aux actions sociotechniques et socioécologiques à entreprendre, aux différents niveaux territoriaux d’organisation d’espace et de temps.

Objectifs généraux 

La section VII porte un regard analytique et prospectif sur l’ensemble des facteurs et des fonctions qui interviennent dans la longue co-évolution entre le vivant et le minéral de la planète terre. Ces deux mondes interagissent entre eux et avec les conditions énergétiques, y compris les conditions climatiques qui en résultent au sein de la biosphère. Cette dernière a vu le biologique émerger pendant plus d’un milliard d’années, et les êtres humains imposer leur empreinte depuis quelques dizaines de milliers d’années. En s’accroissant, avec leurs besoins alimentaires, de bien-être individuel et sociétal, sans oublier leurs fantasmes, les populations humaines ont transformé les composantes naturelles en « ressources » dont nous héritons aujourd’hui, perçues comme bien commun, et dont l’usage est réexaminé (appropriation et exploitation débridées, risques sociétaux, urgences écologiques, …).

Nous cherchons à définir les états actuels de ces héritages patrimoniaux et environnementaux, à des échelles territoriales pertinentes pour la compréhension et l’action, afin d’analyser leurs conséquences globales biophysiques et sociétales, du court terme (décennie) au plus long terme. La section privilégie donc une démarche interdisciplinaire, socio-écosystémique et socio-technique, dans le but de comprendre les causes de ces états, d’en discerner les évolutions probables et, le cas échéant, les moyens de les modifier dans le cadre des gouvernances territoriales.

Les échanges humains étant d’abord vécus au sein d’un territoire dans lequel s’inscrivent les sociétés en développement, cet espace représente le lieu privilégié de nos analyses. S’y croisent en effet des processus sociaux et spatiaux, dont la gouvernance technique et politique. Or, les dynamiques résultantes, notamment agricoles, industrielles, urbaines, et de loisirs, ont des conséquences sur les qualités des ressources et de l’environnement (humain et non humain) et réciproquement. Elles influencent aussi l’organisation fonctionnelle de l’espace, y compris des paysages, et peuvent être facteur de dysfonctionnements, comme on l’observe par exemple, à propos de la biodiversité.

C’est pourquoi la référence à la notion juridique, sociale et culturelle de territoire, couplée à celle de sciences de l’environnement, nous paraît essentielle pour décrypter les situations et essayer de répondre aux questions engendrées par la co-évolution Sociétés - Nature anthropisée. Une telle vision systémique doit attirer notre attention aux ensembles autant qu’aux parties, aux temporalités autant qu’aux spatialités, aux explications autant qu’aux interprétations, au monde rural et agricole autant qu’au monde urbain.

In fine, la section propose une analyse systémique des espaces, de la parcelle à la biosphère, à partir de connaissances physiques, écobiologiques et sociétales, afin d’orienter les formes d’action publique, collective et privée, notamment d’aménagements souhaitables des territoires. En agissant sur les modalités de gouvernance des projets localisés, il semble en effet possible d’infléchir significativement la co-évolution Sociétés - Nature anthropisée. L’enjeu essentiel n’est-il pas d’induire des dynamiques sociétales qui préservent, tout en la transformant, la biosphère dont elles font partie ? Les progrès techniques dans l’observation des territoires et l’interprétation scientifique de ces informations, conduisent à des représentations et des modélisations qui font, de ce système complexe « environnement et territoires », un objet d’étude dont les approches scientifiques indispensables sont d’une grande actualité et d’une grande utilité prospective.

Alimentation humaine

La section VIII est une section très pluridisciplinaire, qui comprend aussi bien des scientifiques que des industriels et des administrateurs. Elle se préoccupe de toutes les questions d'alimentation humaine, selon les angles qui correspondent au large éventail de compétences de ses membres et de ses membres correspondants.

Toutes les activités concernant les aliments pour l'homme sont considérées, de la production à la nutrition, en passant par les divers niveaux de la transformation, la conservation, la distribution, la préparation et la consommation. Tous les champs de l'alimentation humaine sont explorés : au niveau des citoyens, de l'artisanat, de l'industrie, du commerce, de la science, de l'enseignement et de la recherche.

Les incidences de l'alimentation sur le bien-être et la santé des citoyens, l’environnement, le développement économique et social font l'objet de travaux plus poussés. La Section VIII examine notamment les questions d'acceptation et d'acceptabilité sociétales des changements qui surviennent ou pourraient survenir dans l'alimentation humaine, mais elle considère aussi les changements potentiels des systèmes alimentaires, tant pour ce qui concerne les questions techniques que pour les questions sanitaires économiques ou réglementaires.

De ce fait, l'alimentation humaine est donc un champ où la section VIII peut rencontrer d'autres sections, afin d'examiner dans un cadre plus large, donc plus approprié, les questions qui se posent à notre société.

Mots clés :

Acceptabilité sociale, additifs, aliment, alimentation, authenticité, blé, chimie, conservation, consommation, cuisine, distribution, farine, fermentations, fraudes, froid, fromages, fruits, goût, industries agro-alimentaires, lait, légumes, microbiologie, nutrition, oléagineux, physique, poissons, procédés, production, qualité, science, technique, technologie, toxicologie, transformation, valeur nutritionnelle, viandes, vins.

Agrofournitures

La section s’intéresse principalement aux agrofournitures, aux filières agricoles non alimentaires et à la communication en milieu agricole.

Le domaine de l’agrofourniture regroupe l’ensemble des secteurs de ce qu’il est convenu d’appeler les intrants de la production agricole : semences, matériel, carburants, fertilisants, produits de protection des cultures, aliments du bétail… Les filières non alimentaires concernent des cultures destinées à couvrir des besoins en fibres (lin, chanvre, coton…), mais aussi des cultures alimentaires ou fourragères visant certains débouchés industriels (ex : bio matériaux, « chimie verte ») ou possédant des caractéristiques utilisables pour produire de l’énergie (ex : colza diester…) ; au-delà des cultures, la section s’intéresse aussi aux procédés permettant de récupérer cette énergie (ex : estérification, méthanisation…). La communication en milieu agricole rejoint les problématiques relatives à ces différents domaines mais déborde assez largement vers des sujets de société qui intéressent d’autres sections (ex : PGM, questions d’environnement…).

Par nature, la plupart des sujets abordés par la section le sont donc de manière transversale ou embrassent des domaines très larges. Ce qui amène souvent ses membres à participer aux groupes de travail ouverts à l’initiative des autres sections, comme en témoignent la composition de la quasi-totalité des groupes ayant fonctionné au cours des dernières années au sein de notre académie ou de cénacles inter-académies (ex : antibiorésistance).

Dans un passé récent, des groupes de travail initiés et animées à l’initiative de la section IX ont vu le jour, toujours sur des thèmes d’une grande transversalité (ex : indicateurs, méthodes bio-intensives de protection des plantes, énergie et biomasse récoltée, principe de précaution).

Économie et politique

La section 10 a vocation à traiter du passé, du présent et du futur du monde agricole et rural dans ses aspects politiques, économiques et financiers. Elle aborde ces thèmes à tous les niveaux, individuel, local, national, européen et mondial et du point de vue de l’occupation du territoire, du fonctionnement des exploitations et des relations de celles-ci avec l’extérieur.

Son champ d’activité couvre 5 domaines :

  • Les politiques agricoles et d’aménagement rural conduites par les pouvoirs publics,
  • La commercialisation des produits agricoles et la formation des prix sur les marchés,
  • La structure des exploitations dans les différents pays du monde,
  • Les systèmes de production et les méthodes de gestion,
  • Les organisations professionnelles du monde agricole.

Mots clés : politiques agricoles, marchés agricoles, gestion des exploitations, organisations professionnelles agricoles.

Overview of Section 10 “Economy and politics”

Section 1O deals with the past, the present and the future of the agricultural and rural world with its political, economic and financial aspects.
It treats those themes on individual, local, national, European and worldwide levels. Its concerns are the occupation of the land, how farms function, and their relations with the outer world.
It studies specifically :
- Food needs in the present and future world
- Farming and rural management policies led by public institutions
- The marketing of food products and the way prices get formed on the markets
- Farm structures in various countries of the world
- Production systems and management methods
- Risks and agricultural insurance systems
- Farm financing
- Agricultural schools
- Farm unions
In its own field, section 10 is currently managing several inter-section workshops dealing with the following subjects :
- Common Agricultural Policy, its reform, the way it is implemented in France, and related with the future « loi d’avenir ».
- Agriculture, networks and food safety
- Agriculture and forests in suburban areas
This work leads to reports, proposals to public institutions, the organisation of academy meetings, and publications for the press and the public.

Keywords : agricultural policies, reform of the Agricultural Common Market, farming areas and land problems, farm management, agricultural unions.

Presentación de la sección 10 « Economia y politica »

La seccion 10 tiene como proposito el estudio del pasado,  presente y  futuro del mundo agrario y rural en sus aspectos politicos, economicos y financiales. Estos temas son estudiados a todos los niveles: individial, local, nacional, europeo y mundial. Tambien se examinan las relaciones de estos temas con las dinamicas de los territorios, el funcionamiento de las explotaciones y con con los lazos que las explotaciones mantienen con el exterior.

Las principales actividades scientificas se desarrollan según los siguientes items :
- necesidades alimentarias en el mundo de hoy y  mañana,
- politicas publicas agrarias y de ordenación rural,
- comercializacion de los productos agrarios y  formacion de los precios de mercado,
- estructuras de las explotaciones agrarias en los  paises del mundo,
- sistemas de produccion y métodos de gestion de las explotaciones agrarias,
- riesgos y sistemas de seguro agrario,
- financiamiento de las explotaciones agrarias,
- enseñanza de la agronomia y de las técnicas agrarias,
- organismos e instituciones profesionales del mundo rural y agrario.

En su campo de trabajo, la seccion 10 impulsa actualmente varios grupos inter-secciones, estudiando los asuntos siguientes :
   - la politica agraria común, su reforma, su aplicacion en Francia y su complementaridad con la futura « loi d'avenir », actualmente en estudio,
- agricultura y ganaderia, cadenas productivas y seguridad alimentaria,
     - actividades agrarias y  forestales en los territorios periurbanos.
Estos trabajos permiten realizar informes, propuestas al poder publico, actos academicos y documentos para la prensa y el publico en general.

Palabras clave : politicas agrarias, reforma de la PAC, mercados agrarios, estructuras agrarias y problemas fundiarios, administracion de las explotaciones, instituciones profesionales agrarias.


 

L'Académie rassemble aujourd'hui des membres titulaires (120), des membres étrangers (60), des correspondants nationaux (180) et des correspondants étrangers (60). Ils sont répartis en dix sections.

Les membres étrangers choisissent leur section ; les autres membres et correspondants sont répartis de la façon suivante :

Sections Membres Correspondants
    français étrangers
1- Productions végétales 15 23 12
2 - Forêts et filière bois 10 18 7
3 - Production animale 14 25 8
4 - Sciences humaines et sociales  12 15 4
5 - Interactions milieux-êtres vivants 10 15 5
6 - Sciences de la vie 10 15 4
7 - Environnement et territoires 12 21 5
8 - Alimentation humaine 14 21 6
9 - Agrofournitures 10 11 3
10 - Économie et politique 13 16 6
Total 120 180 60